Aquaponie

L’aquaponie est une forme d’agriculture innovante qui combine élevage de poissons et production de fruits et légumes,
70 % de l’eau douce dans le monde sert à l’agriculture, la transformation des aliments, le transport et la chaîne du froid. Ces activités sont responsables de 17 et 35 % des émissions de GES (Gaz à Effet de Serre). 85 % des océans sont victimes de surpêche. Une solution : l’aquaponie.

L’aquaponie : combinaison d’aquaculture et hydroponie

Le mot aquaponie est un néologisme  formé par la contraction des mots aquaculture (élevage d’animaux aquatiques) et  hydroponie (culture de végétaux hors sol).
Il s’agit donc de l’association d’un « aquarium » et de bacs de culture : les poissons (d’eau douce) vivent dans des réservoirs tandis que les plantes sont cultivées hors-sol, c’est-à-dire sans terre dans des bacs exposés à la lumière (pour photosynthèse).

    Les principes de fonctionnement de l’aquaponie sont simples :

  • les poissons produisent des déjections riches en ammoniaque
  • cette eau souillée est pompée vers des bacs de culture où se trouvent un substrat (cailloux, schiste ou argile expansé, etc.) colonisé par des bactéries
  • des bactéries décomposent l’ammoniaque en nitrites puis en nitrates qui sont alors directement assimilables pour la croissance des plantes
  • l’eau désormais filtrée est redirigée par simple gravitation vers le bassin à poissons

Il s’agit donc d’un circuit fermé mais d’un cercle vertueux : rien ne se perd tout se transforme !

Économies d’eau, pas de pesticides ni antibiotiques

Cercle vertueux car cet écosystème artificiel permet de réaliser de très substantielles économies d’eau : jusqu’à 90 % par rapport à l’aquaculture  et l’hydroponie pris séparément, mais également d’éviter les recours à des intrants chimiques et permettre ainsi une production plus naturelle, et même dans la plupart des cas, sans pesticides ni antibiotiques.
L’aquaponie ne peut pas cependant bénéficier du label AB (Agriculture Biologique) car la production est réalisée hors-sol ce qui est paradoxal pour un mode de production aussi écologique …

Une redécouverte plutôt qu’une innovation

L’aquaponie est en fait une pratique ancienne  dont on retrouve la trace en Chine impériale et chez les Aztèques.
En Chine la « rizipisciculture » – c’est-à-dire l’élevage de poissons dans les rizières – peut être considérée comme une forme ancestrale d’aquaponie.
Les Aztèques, également, créaient des étangs à poissons avec îles artificielles flottantes où ils cultivaient du maïs, des courges. Ils collectaient au fond des plans d’eau les déchets des poissons et les utilisaient comme engrais.

Principes et fonctionnement pratique de l’aquaponie

Se mettre à l’aquaponie pour un particulier

Des kits existent pour les particuliers qui prennent à peine plus de place qu’un aquarium classique comme on voit sur la photo ci-dessous :

Cet article a été publié dans biologie aquatique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s